E favule di roseau : le bouc et le sanglier

Publié le par Roseau

du-loup-du-bouc-et-de-l-agneau.jpgJ’adore la fable. Tout le monde y trouve son compte, et elle est d’application large. On peut découvrir à loisir ce que chacun en retirera, les exemples réels qu’il fera coller à l’imaginaire du texte. Bref, la fable, c’est un must pour faire que même les animaux apprennent aux humains à se regarder, et peut-être à modifier leurs choix.
 
Quoi qu’il en soit, j’ai en ma possession un recueil de fables qui remontent certainement au début des temps (bien avant Esope, La Fontaine et Paul-Loup Sulitzer), E Favule Di Roseau. Voici donc la première, en exclusivité pour Agoravox, Le Bouc et le Sanglier.

Un bien vieux bouc tant barbu que cornu
Tenait en possession un bien curieux trésor
L’arbre en question trésor de bois feuillu
Était un olivier riche d’un savoir en or

Tous les secrets du monde glanés au fil des âges
Résidaient en son sein accessibles au toucher
Et notre bouc à barbe en gardait l’apanage
En gardien inflexible de son arbre sacré

Un jour un sanglier aborda le cornu
Et lui dit en grognant et sans faire trop d’ambages
O bouc va be* ? Pourquoi ne donnes-tu
Un peu de ce savoir à nous autres en partage ?

Nous pourrions le transmettre aux autres troncs de l’ile
Nous voyageons beaucoup et nos hardes nombreuses
Se chargeraient peut-être de ce fardeau utile
Qu’est la propagation de la parole heureuse

Le bouc au pied du mur, de l’arbre, s’empourpra
Mais tu ne comprends pas, dit-il au sanglier
Ce savoir est sacré et les puissants l’aiment pas
Le risque serait grand d’oser le divulguer

On saurait promptement que j’en suis détenteur
source de diffusion gardien de sa pureté
Je ferais les gros titres et vivrais dans la peur
Voire même je finirais par être emprisonné

Je le garde avec moi le distille au compte goutte
N’attire pas l’attention garde le profil bas
Ainsi il est intact alors passe ta route
C’est un arbre sacré gardons le bien comme ça

Le Sanglier partit grommelant et déçu
Et la vie du gardien reprit son cours tranquille
A l’ombre du savoir quasiment absolu
De l’olivier noueux sans se faire trop de bile

Mais cependant un jour une étrange équipée
Arriva à l’orée de l’oliveraie sauvage
Dix-sept bulldozers de pelleteuses armés
Prêts à déraciner les oliviers si sages

Le bouc terrorisé cria à l’aide, au secours
Une harde passa avec le sanglier
dont nous avons parlé et mille têtes autour
Aux cris du bon vieux bouc ils cessèrent de marcher

Les anciens tinrent conseil pour savoir, décider
Prendre une position et poser la question
Si le bouc il fallait laisser ou bien aider
Mais notre sanglier déclara aux barbons

Ce vieux bouc est sympa mais de son grand savoir
Je n’en sais pas assez pour bien oser risquer
La vie de notre harde sous les coups de boutoir
Des humains inconscients qui vont tout décimer

Les sangliers partirent et l’arbre fut coupé
Le bouc fut emporté dans les tas de gravats
Puis pour tout couronner il fut emprisonné
Pour avoir tant caché ce qu’on ne savait pas

Ainsi le bon savoir ne se garde enfermé
Que si l’on veut mourir ou être emprisonné
Et la peur du puissant mène droit au bucher
que par cette même crainte on souhaitait éviter
 
 

*O Monsieur le Bouc, allez-vous bien ? (NdT)

 

 

 

Publié dans Fables

Commenter cet article